Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 20:40

La découverte de ce livre fût un vrai bonheur - Je suis juste surprise qu’en plein dans la tendance localvore, aucun de mes magazines préférés n’en ai parlé, alors qu’il pourrait en être la bible, définitivement !Merci Brigitte qui me l‘a fait découvrir et toute mon admiration de le mettre en pratique dans la ferme dans le Jura.
Mon bon geste est à mon tour de l’offrir et de le faire connaitre - en plus de mes plants de tomates au balcon!
http://ecx.images-amazon.com/images/I/51VrLtvnCTL._SL500_AA300_.jpg
Résumer quelques 500 pages, écrites à trois voix, enrichies en informations économiques, adresses, recettes et conseils pratiques, est impossible.
Se limiter au sujet «une famille américaine décide pendant un an de ne vivre que des produits de leur jardin - et de leur voisinage proche - dans les Appalaches» peut faire craindre une indigestion de baba-cool militant. A l’opposé, c’est terriblement d’actualité : publié en 2007, une année avant «le monde selon Montesanto»,  C’est aussi universel : même si l’auteur est américaine, la problématique industrie agro-alimentaire - malbouffe- obésité..ect, nous concerne tout autant.
C’est réjouissant, car accessible, plein de bon sens et d’humour. Et terriblement intelligent. Les points économiques sont terriblement éclairants.
Juste un extrait du premier chapitre, «une alimentation pétrolifère».qui justifie pour moi tout le livre et implique une attitude de consommateur local et responsable :  «Obtenir une récolte, de la graine à la moisson finale, ne nécessite qu’un cinquième de la quantité de pétrole investie dans notre nourriture. La part du lion revient au transport de la ferme à votre assiette. Tout aliment constitutif d’un repas typique américain a voyagé en moyenne 2400 km. En plus du simple transport, il faut inclure d’autres étapes buveuses de pétrole : la transformation, le conditionnement, le stockage et la réfrigération. Les calories dépensées pour la production, l’emballage et le transport dépassent de loin les calories que nous apportent les aliments....Si chaque citoyen américain consommait chaque semaine un repas (quelqu’il soit) composé de viandes et de légumes produits localement de façon biologique, la consommation de pétrole du pays serait réduite de 1,1 million de barils de pétrole par semaine. ...D’infimes changements dans nos habitudes peuvent induire d'immenses différences.». Comme dans dans tout bon produit, la densité de «nutriments intellectuels» est élevée, mais c’est aussi drôle et pratique.
Leur site permet de découvrir le livre, mais il suffit de prendre le temps de le lire pour commencer à changer des habitudes.

Partager cet article

Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CESTDIVIN
  • : Goûtez à l’art de vivre du Sud : des produits méditerranéens revisités en recettes faciles à cuisiner et leurs accords avec les vins du Languedoc-Roussillon ; les producteurs, restaurants et rendez-vous gourmands de Montpellier et du Sud, Partez à la découverte de l’audace et de la simplicité de l’Asie et des cuisines du monde avec les carnets de voyage gourmands et du passé avec la cuisine historique. Nourrissez aussi votre esprit avec les chroniques gourmandes ou culturelles...
  • Contact

Recherche

Archives

Liens