Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 11:47

Les Tendance 2015, suivies par la consultante Anne-Claire Paré, du site Bento

site bento sont toujours captivantes à suivre, finement analysées et mises en perspective. Qu’est-ce que ça donne, mise en perspective, côté Sud ?

Le végétarien urbain,

Si les chefs parisiens (Passard, Ducasse), mettent le légume au menu gastronomique, c’est encore assez rare

Dans le Sud, il y a les bons produits pour le faire, ce n’est qu’une question de créativité. Arnaud Arnal, à la Chassagnette, en Camargue, le fait depuis longtemps. L’Artichaut, à Montpellier, où Sébastien Perrier avait travaillé les légumes pour un repas de fête. Gérald Passedat, dans le Môle Passedat au Mucem, fait cultiver des légumes sur place, complète avec une AMAP, et fait une belle place aux légumes et céréales dans ll’offre de la « cuisine ». Faites comme lui, chefs , entre poisson et viande, n’oubliez pas le “végétal”

Les huîtres,

Là avantage Sud, on a des huitres au kilo, des huitres chic (l’huitre rose de Tarbourriech), des guinguettes à huitres ouvertes toute l’année (Leucate, dans l’Aude), des chefs qui cuisinent les huitres, et le vin fait pour (Picpoul de Pinet)

Rôtisseries et charcuterie, à picorer ou façon nomade

On sait bien faire les grillades.. et de la charcuterie de qualité côté montagne et Catalogne, mais qui va en faire un théma de restaurant en soi ? Il y a déjà des propositions très réussies dans les Halles (Nimes, Narbonne) et je pense que ça irait très bien chez les vignerons.

Tendance de fond : expliquer le sens de ce que l’on fait, “pourquoi, comment, pour qui ?”

Parce que le client à l’embarras du choix, il faut de “l’engagement client”, qui commence par l’accueil dès la réservation, et continue par un service et une implication pour les vins . Il est clair qu’il y a une marge de progrès à faire dans le Sud en général, mais déjà des bonnes pratiques qui trouvent alors leur public.

Deux exemples testés l’été dernier :

Côté Mas des domaines Paul Mas, à Montagnac (34) la filière de la vigne à la table, avec un parti-pris local, et différentes offres au cour de la semaine,

La Cambuse du Saunier, à Gruissan (11) : le restaurant “cuisine au sel”, des salins de Gruissan, en complète cohérence avec son environnement, convivial et efficace

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 21:07

Les fromages de Normandie,m’ont offert un voyage gustatif très dépaysant, et l’occasion de rechercher des accords nouveaux.

 

J’ai eu invitation du salon de l’Agriculture, pour découvrir les AOC de Normandie.

Untitled

4 Fromages, 4 formes et des couleurs comme les atouts des jeux de cartes,

Camembert, rond blanc et puissant, la star

le carré Pont L’évèque, de caractère, souplé, et salé

le Petit Livarot, rond et roux, cerclé de jonc, fondat avec une saveur presque moutardée,

et l’adorable Neuchatel, un coeur crémeux, un joli caprice pas marketing, qui existe depuis des siècles, tender à croquer depuis le petit déjeuner

et la crème.et le beurre,

 

et une question : dans le verre, on met quoi ?

Historiquement un vin rouge,

Contemporain, un vin blanc,

Localement, un cidre…

Dégusté et analysé, avec

Vin : des Côtes du Rhône, (la Cave cooperative de Vinsobres, présente sur le salon, avec des vrais vignerons), en rouge bio origins, syrah, Grenache, mourvèdre et blanc, viognier, marsanne, granache

Et cidre brut, fermier, de production artisanale et de pommiers anciens

 

L’accord gagnant est l’accord le terroir , le cidre, “se marie admirablement bien !”

Untitled

Le fromage, crémeux et salin s’accorde avec bonheur avec le cidre, vif, légèrement fruité. Il rafraichit la bouche en évite le choc des tannins, et laisse une note très gourmande, fromage et dessert !

 

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 11:58
Chefs, c’est top !

Chefs, c’est top !

Chefs, sur France 2, clap final.. ou pas ?

J’ai aimé, j’attends la suite ! Parce que…

C’est une bonne “cuisine fusion” entre différentes inspirations

Un peu manga, avec le rythme, les fantômes, le duel

Un peu feuilleton 19°, avec le fils cache, jeux de pouvoir, jeux amoureux,

Un peu kung fu, avec gestes quasi chorégraphiés, méchant machiavélique, héro taciturne, cheminement spirituel du héros...

Bravo aux scénaristes qui ont osé… le méchant qui finit en pâté croute, le chef qui perd le goût, la justification historique de Top chef au XIX°siècle, la violence et l’addiction en cuisine, les portraits peu déguisés du maraicher japonais et de la critique gastronomique terrorisants, le sage noir en blanc et le chef blanc en veste noir...

Quelques suggestions pour la prochaine saison – j’espère :

Justement, faire attention aux saisons : si le produit est roi, on a du mal à voir .. à quelle saison ça se passe ?

éviter les erreurs qui font bondir: non les truffes d’Alba ne deviennent pas noires dans l’assiette (episode 1), les cèpes ne poussent guère sous les forêts de hêtres….(episode 5)

Continuer les beaux personnages, magnifique Annie Cordy,et ceux qu'on adore détester

Et si le monde gastronomique existait en dehors de Paris ? En dehors des producteurs, les pieds dans la glaise…

Le mot de la faim : “ la cuisine est une histoire que le goûteur partage avec celui qui la raconte.. “ la série TV aussi ?

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 12:58
SIA 2015
SIA 2015

La grande histoire d’amour entre les français et ses campagnes, se renouvelle chaque année au salon de l’agriculture .

C’est le plus grand salon de France, et ça dure… parce que..

C’est populaire, on y voir toute la France, tout age, toute classe sociale, tout style, tout age, tout style, de la maman avec ses enfants attendant pour une animation, à Gérard Depardieu palpant une vache, aux politiques en campagnes, aux

La France se regarde, avec bienveillance, si les touristes se font discrets au salon, les français adorent leurs DOM TOM et leur lointaine région d'origine

Ballade dans la nature idéale, une peut de bouse dans les allées , mais avec tapis roulants et sans catastrophe climatique

Des magnifiques stands, que de moyens, mais souvent au service de la pédagogie et des arbres, des fleurs, des herbes..

Un joyeux mélange, éleveurs authentiques et ruche qui dit oui, mais aussi stand Mac Do et grands industriels de l’agro-alimentaire …

Un banquet d’Astérix, bien carnivore (on s’émerveille sur les animaux, on les retrouve aussi dans les assiettes), … il y a tant de choses tentantes à goûter

Vache, cochon, volaille, fromage, fruits, légumes, des bonnes odeurs, (de la bouse à la lavande, de l’iode aux épices..), des goûts, des bruits (cocorico, meuh…), 5 sens en éveil …

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 21:13

Avez-vous parfois l’impression d’être perdus entre toutes les recommandations sur le “bien manger”, sur le bon pour le goût- bon pour la santé, sur l’équation entre le pratique et le raisonnable, l’authentique et le "glamour" , sur le doute sur le discours “je veux vous du bien” ?

Moi aussi, même en y passant du temps. Mais quand des grandes firmes sortent toutes les armes de la communication pour vous raconter une histoire santé, pour se faire passer pour des blancs chevaliers du bien être nutritionnel, pour vous et vos enfants, je ne doute plus et je tire la sonnette d’alarme .La preuve par 3 exemples, tout frais des communiqués de presse reçus cette semaine .

 

Mac Donald : “McDonald's présente sa contribution à l'agriculture française et sa stratégie agroécologique au salon de l’agriculture"

La vrai agroécologie, c’est là, avec les Colibri et pense que Mac Donald en est encore à 10 000 lieux. Le burger local existe, mais pas chez eux

 

 

 

Mondelez , I love biscuits

Mondelez, vous ne connaissez pas ? pourtant vous en avez dans vos placards _ Comme moi aussi je l’avoue

.. ex kraft food, “En France, Mondelēz International est le N°2 de l’industrie agroalimentaire. Grâce à ses marques emblématiques comme LU, Milka, Carte Noire, Hollywood, Carambar ou encore Philadelphia le groupe est présent dans plus de 97% des foyers français »

la France est un marché prometteur, Mondelez a cuisiné sur mesure une jolie application pour mobile ‘I love biscuits”, qui invite à “accompagner ses consommateurs dans une intégration adaptée de ses biscuits au sein de petits déjeuners ou de goûters complets et équilibrés. »

La question de base n’est pas quand manger leurs biscuits, mais plutôt.. quels biscuits manger, quand et en quelles quantités…

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 20:46

Manger à Marseille ? C’est de plus en plus gourmand et ça mérite le détour.

Depuis 2013, j’explore régulièrement cette ville, Marseille m’étonne, Marseille m’épate !

Le coup de projecteur MP 2013 a mis en lumière une scène culinaire qui a bien plus que la bouillabaisse et les navettes à offrir, et une tribu de chefs qui ont du caractère, la pêche et des choses à raconter, Gourméditerrannée, Table 13 et les autres.

La plus belle table avec vue, le Môle Passedat au Mucem.

Le chef triplement étoilé Gérald Passedat democratise sa cuisine en investissant le dernier étage du Mucem, Le , le Môle Passedat propose gastronomie, bistrot et kiosque..

À déguster dans le dernier numéro de Terre de Vins, accordé aux beaux vins – blanc de Provence.

Le nouvel étoilé aventurier du gout, Alexandre Mazia

Sa cuisine inspirée et voyageuse, surprenante et ultime fait me fait réver, et son nouveau restaurant à été étoilé, y diner va demander un peu de patience, mais je ne doute pas que ça la vaille amplement. AM par Alexandre Mazzia

La TV chef de Marseille, Georgiana

du pep’s, du franc parler et franc cuisiner et un sacré beau chemin, Georgina dans son nouveau restaurant, c’est une très bonne nouvelle. Chez Goergiana

Le marché qui tombe à pic, les Halles de La Major

A la Joliette, tout près du musée, une “mini boqueria”, avec des stands pour acheter ou déguster sur place, ouvert 7/7, et tard le dimanche midi, voici des Halles comme je les aime

Le centre commercial qui a tout compris, les Grandes Halles des Terrasses du Port

Dans le nouveau centre commercial, tout un espace gourmand qui se démarque des enseignes internationales et permet à toute heure d’aller manger bon, varié, dans un cadre sympa, c’est la façon très futée d'échaper au banal qui frappe tout les centres commerciaux , à l'ntrée sur la gauche des Terrasses du Port

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 20:59

Quelles bonnes raisons d’aller à Marseille ? Le magnifique MUCEM consacre une exposition au thème “FOOD”, produire manger, consommer, du 29 octobre 2014 au 23 février 2015

 

Le propos est alléchant, en phase avec les problématiques contemporaines,

L’annonce ;

37 artistes venus des cinq continents présentent le fruit de leur réflexion sur les différentes questions et les enjeux liés directement ou indirectement à l’alimentation : conséquences des changements climatiques, empoisonnement des produits agricoles, écarts dans la distribution des aliments, préservation des sols, choix des aliments, cuisines et rituels de table.Parmi eux, cinq plasticiens ont réalisé des installations originales à partir des collections du MuCEM. L’ensemble crée un dialogue pluridisciplinaire intégrant des œuvres historiques et contemporaines ainsi que des objets du quotidien. Un projet de Art for the World.

(source ; site du MUCEM)

 

L'expérience ; Comme souvent dans l’art contemporain, il faut voir pour savoir si le ramage est à la hauteur du plumage.

Le contenu ne s’est pas révélé, pour moi, à la hauteur des attentes. Des œuvres d’artistes contemporains, proposes comme des paquets de frites – avec peu de décryptage – me donne toujours l’impression que le gagnant de l’histoire est l’artiste et le commissaire d’exposition, peut-être les invites au vernissage, si le buffet était une arty-food-performance. Mais le public, marseillais, ou d’ailleurs, qu’y trouve-t-il ? J'ai vu..

Une entrée en forme de rayons de supermarchés de junk-food – oui bien sûr c’est du second degré pour dénoncer avec une video qui dénonce –

Des accumulations d’objets qui me font terriblement penser au MIAM (Musée International de l’Art Modeste de Sète, et qui là-bas, sont pertinentes dans leur contexte)

Un mètre cube d’ail de Mircea Cantor, en décomposition, surement un clin d’oeil arty au Sud

Des sacs suspendus de canettes - c’est vrai que lors de ma visite, les éboueurs marseillais étaient en grève, la ville est sous cet angle, une exposition géante

Une video de la “grande” performeuse Marina Abramovic, qui pleure sur le sort de l’artiste en croquant un oignon,..

Heureusement, au milieu de ces propositions sans poésie, ni humour, ni vie, j’ai trouvé quelques pépites ;

Les photos de Ymane Fakhir, racontent la tradition familiale culinaire, notamment le passage des recettes de mère en fille, dans une très grande sobriété volontaire,en blanc, au delà de l’ehtnographie

Les photos de Rhaghubir Sing, qui montrent un instanté contemporain et coloré de l’Inde et son rapport à la nourriture

La fresque satyrique de Dan Perjovschi qui clôt l’exposition, rassemble critique, humour, interpellation, facile d’accès et sans être facile tout court

 

 

Untitled

 

La fin est bien meilleure que le début, et pour ces 3 œuvres, je ne regrette pas ma visite.

Le meilleur est-il ailleurs ?

Autour de l’exposition, une très intéressante initiative des chefs de l’association table 13. De leur visite à l’exposition, ils retiennent une ou deux œuvres et imaginent un plat Et c’est finalement par le regard de ces chefs que j’ai rencontré profondeur, poésie, et emotion.

Et je vous conseille de commencer par la table- 13 !

les chefs table 13 revisitent l’exposition food

 

 

 

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 00:03

 

Lyon va devenir le nombril du monde gastronomique, sous l’œil du plus lyonnais et plus célèbre des chefs. Le concours absolu de cuisine professionnel porte le nom de Paul Bocuse, il l’a crée en 1987. La nouvelleBiennale internationale du Gout, BIG, grand public, démultiplie à Lyon le salon professionnel SIRHA, est aussi sous son grand parrainage.

"Il n’y a qu’une cuisine, la bonne » déclare Paul Bocuse dans une récente interview, à l’Hôtellerie-Restaurant, en préambule du salon. Il se place hors du temps, au delà des mode, incarne LE chef du XX°, rejoignant Carème et Escoffier dans le panthéon des cuisiniers.

Untitled

 

La soupe aux truffes noires VGE a les faveurs de la couverture du magazine, et je n’ai résisté, en ce début de saison de truffe, à rendre mon hommage à ce « trésor gastronomique vivant ». Brunoise de légumes, petits dés de bœufs, tranches de truffes noires et foie gras, cuit dans un consommé de bœuf au Noilly Prat, sous un feuilletage doré. De la très bonne cuisine, la seule qui mérite de traverser le temps, merci monsieur Bocuse.

Untitled

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 20:57

Parce que le plaisir de découvrir est un plaisir qui ne s’arrêt jamais.. je vous offre pour 2015 voici mes belles découvertes d’une année passée

 

Viande en trompe l’œil

Chorizo, knack, nuggets, boulettes, on dirait de la viande ou de la charcuterie, c’est entièrement végétal, à trouver au rayon frais de votre magasins bio.. pour les végétariens nostalgiques ? Un créneau assez tendance, développe en version artisanale et « gourmet » en Hollande, par « the vegetarian butcher »

Mon avis : sans prétention gastronomique, mais pourquoi pas, dans la vertueuse décision de manger moins de viande, des protéines végétales qui peuvent séduire les jeunes

 

charcuteries sauvages

La charcuterie au goût intense, trouvée en Espagne : jambon de toro et de sanglier, à la recherche du goût paléolithique ?

Mon avis : un goût finalement pas si sauvage que ça. Je vais chercher une version plus artisanale !

 

l’aronia, une baie aux super pouvoirs

petite baie canadienne et super fruit , hors concours pour les polyphénols

"super fruits", séché et bio,en savoir plus

mon avis : assez amère et peu sucré, je la trouve intéressante pour imaginer des recettes avec, mijoté dans des sauces de gibier, ou ajouté à des compotes

 

le quesos del casar, le mont d'or version Espagne

fromage espagnol de brebis, crémeux et puissant, à manger à la petite cuillère, produit par une fromagerie en quantité confidentielles,

mon avis ; irrésistible, comme de la fondue, mais sans aucune préparation

 

le schalziger, un fromage suisse

Sa couleur verte vient du trèfle, qui aromatise – puissamment – cefromage de lait de vache écrémé du pays de Glaris se faire depuis 550 ans !. Une odeur puissante et un joli goût de noix, voilà un souvenir de Suisse des plus originaux.

mon avis : j’aime sa couleur martienne et son goût spécial, rapé sur des pâtes à la place du parmesan, ajouté dans un risotto, c’est délicieux

 

du vin au chocolat de Bordeaux

parfaite fusion de goût entre le vin rouge de bordeaux et le cacao, judicieusement protégé par un secret de fabrication, ce Vinocacao inventé par Franck Maupouet est un dessert liquide .. non sucré

mon avis : surprenant et subtil, on est vraiment dans le « dessert liquide », a accorder.. non pas avec du chocolat, mais des notes aromatiques de la palette vin et cacao ; fruité rouge, fruits secs grillés en coupe de glace de dessert, par exemple

 

du vin d’agrumes bio d’Espagne

Des clémentines, des oranges et des oranges sanguines, biologiques, sont naturellement fermentées, dans un processus identique au raisin. Cela donne une boisson alcolisées ( à 7°) qui évoque à la fois le jus, le zeste et l’odeur de l’agrume..fait par Tarongino

mon avis : j’aime les agrumes, je trouve que c’est une belle découverte, on est en plein dans le fruit, sans aucun sucre. J’aime le boire nature, mais peut aussi se travailler en cocktail.

 

Des pétales de fruits séchées du Languedoc

Poires, pêches, fraises, des fruits murs émincés, simplment séchés, sans aucun adiif.

le résultats est délicieux, naturel, on a l’mpression de croquer l’été. fait en Langeudoc par de Il était un fruit

Mon avis : gout parfait, conditionnement en petit sachet très pratique pour les grands et les enfants, à glisser dans les sacs pour ajouter une portion de fruits pratique et ludique

 

une crème de vinaigre de Banyls blanc au piment

Bien plus fine et savoureuse que la Srirarcha, sauce américano-asiatique à la mode, la crème de vinaigre de Banyuls blanc relevée de piment d’espelette de laLégende de Pyrène, est le parfait équilibre de goût, piquant, acide et doux

mon avis : un magnifique condiment, à voir d’urgence dans son placard

 

la sauce au piment d’Espelette, le Basque Ardent

Une sauce au piment, oui, mais d’Espellette ! Elle est relevée mais pas insupportable, fruitée, d’une très jolie couleur, et sans additifs, bref, meilleure que la version originelle du Tabasco, faite au pays basque par Bipia

mon avis : l’autre indispensable condiment, à voir d’urgence dans son placard

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 20:18

Parce que le meilleur, dans le froid mois de janvier, cst l’arrivée de la truffe en majesté, voici deux recettes parfaites pour se remettre des fêtes ;

 

Recette de l’écrasée de pomme de terre, à l’huile d’olive et à la truffe.

 

Untitled

Préparation: 20 Cuisson: 20

Pour 4 personnes

Ingrédients

1 kg de pommes de terre (bintje ou monalisa)

40 cl d’huile d’olive

Sel, poivre du moulin

1 truffe noire tuber mélansporum (30 g ou plus )

 

Éplucher les pommes de terre. Les couper en 2. Cuire dans une grande quantité d'eau bouillante salée pendant 15 min, jusqu'à ce que l'on puisse facilement y piquer la lame d'un couteau.

2. Égoutter et replacez-les dans la casserole de cuisson. Dessécher à feu doux pendant 1 à 2 min.

3. Hors du feu, les écraser avec un presse-purée et incorporer l’huile d’olive, saler et poivrer, Salez, poivrez et râper la truffe sur le dessus (idéalement avec une râpe microplane). Servez bien chaud.

 

Tartine de truffes

 

Untitled

 

Du bon pain de campagne, au levain, (mais sans ajouts ni fantaisie), du beurre demi-sel, de la fruffe fraiche finement émincée, fleur de sel de camargue

Griller le pain, tartiner encore chaud avec le beurre, recouvrir de lamelles de truffes, saupoudrez de quelques grains de sel, servir pour croquer sans tarder.

 

Repost 0
Published by C10VIN
commenter cet article

Présentation

  • : CESTDIVIN
  • : Goûtez à l’art de vivre du Sud : des produits méditerranéens revisités en recettes faciles à cuisiner et leurs accords avec les vins du Languedoc-Roussillon ; les producteurs, restaurants et rendez-vous gourmands de Montpellier et du Sud, Partez à la découverte de l’audace et de la simplicité de l’Asie et des cuisines du monde avec les carnets de voyage gourmands et du passé avec la cuisine historique. Nourrissez aussi votre esprit avec les chroniques gourmandes ou culturelles...
  • Contact

Recherche

Archives

Liens