Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 21:29
Jipango est une association culturelle franco-japonaise très active, qui publie un magazine en français sur le Japon, une newsletter et propose, parmi ses activités, des cours de cuisine, à Paris.

Un atelier en novembre portait sur la cuisine  bien-être shojin, une cuisine simple et diététique faite dans les temples boudistes.
Il était animé par Mari Fujii est spécialiste de la Shojin Ryori,depuis plus de 20 ans, auteur de nombreux livres de recettes aux titres évocateurs : en japonais « La cuisine pour vivre 100 ans et 10 conseils de longévité », « Être en bonne santé avec l’énergie des légumes », « Bon pour le corps et bon pour l’âme » et en anglais « The enlightnened kitchen ; Fresh vegetable dishes from the Temples of Japan ». Car, vous aurez compris, cette cuisine est strictement végétarienne.

Et tout autant délicieuse, comme j'ai pu l'expérimenter avec la première recette proposée dans l'atelier, une réconfortante soupe de légumes d'hiver. Si les légumes peuvent se retrouver dans une soupe d'ici, le bouillon dashi avec sauce shoyu et jus de gingembre donne un goût unique, et la texture aussi est spécifique avec l'ajout de fécule de pomme de terre et du tofu.
 Je me permets de retranscrire cette recette envoyée avec la newsletter, avec mes commentaires.
Elle est simple et rapide, si l'on n'oublie pas de s'approvisionner dans un magasin asiatique en  bouilon dashi, sauce shoyu, tofu japonais (ou tofu soyeux)

Soupe Noppei-jiru
Pour 4 personnes
20 minutes

http://farm3.static.flickr.com/2694/4343741357_616073e0cf.jpg


Ingrédients 
200g navets
100g  champignons
150g de carottes
50g d'épinards
125g de tofu
5 c.a.s de shoyu
gingembre frais pressé pour 2 c.a.s de jus
1,2 litre de bouillon dashi (peut se préparer avec du bouillon instantané)
3 c.a.s d'huile de sésame
2 c.a.s de fécule de pomme de terre

Couper les navets, les carottes et les champignons en morceaux.(cubes de 1 cm de coté)
Éponger le tofu dans du papier absorbant - puis couper le tofu en petits dés (de 1 cm de côté)
Laver, puis couper les feuilles d’épinard en lanières de 1 cm de large
Râper puis presser le gingembre pour avoir 2 cuillères à soupe de jus
Délayer la fécule de pomme de terre dans 4 cuillères à soupe d'eau froide.
Faire sauter les navets et les carottes avec l’huile de sésame.
Verser 2 cuillères à soupe de  shoyu pour donner du goût.
Ajouter le dashi.
A l’ébullition, mettre les champignons, le tofu et 3 cuillères à soupe de shoyu.
Ajouter les épinards, puis verser le jus de gingembre et la fécule de pomme de terre délayée.
Remuer délicatement, cuire une minute à feu doux et servir.
Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 20:43
Signalé, pas encore vu mais qui donne envie , un documentaire japonais vient de sortir :
EATRIP, réalisé par Yori Nomura, une femme réalisatrice, cuisinière, qui célèbre avec toute la délicatesse japonaise la relation vivante et joyeuse que la nourriture crée entre l'homme et la nature.

http://a1.phobos.apple.com/us/r30/Music/9b/17/31/mzi.ywijfkjr.170x170-75.jpg


Dès l'affiche et à la vision de la bande annonce, ce film semble être une fabuleuse antidote au pessimisme et à l'angoisse sur l'alimentation si présente.
"Eatrip" a été montré dans le festival du film d'environnement d'Ile de France, puis à Paris en partenariat avec Courrier international,.
J'attends avec impatience qu'il arrive dans la programmation montpelieraine, car il combine deux choses des plus importantes pour moi : la cuisine et le Japon. Et pour avoir expérimenté là-bas combien la cuisine peut conduire à la sérénité,  je ne doute pas qu'un documentaire puisse l'évoquer. en attendant, on peut toujours mettre en pratique en cuisine !
Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 21:50
Parce qu’en hiver on a envie de temps en temps de cuisine ensoleillée, j’ai inventé cette recette avec des produits faciles à trouver en hiver, qui se fait en une demi-heure et qui est donne un plat "végétarien" qui plait à tous :
la sauce tomate, en hiver c’est en boite, idéalement le tomate-basilic «basilissimo», faite en Provence et vendu dans mon intermarché d'à côté, ou une bonne sauce tomate italienne.
pour les herbes, roquette fraiche et basilic sec, ou encore plus simple, pesto roquette basilic.
et pâte à ravioli chinois...

http://farm5.static.flickr.com/4023/4320136660_ef16977a06_m.jpg


pour 4/5 personnes (20 cannelloni)
20 feuilles de raviolis chinois
500g de brousse de brebis (ou ricotta)
1 grande boite de sauce tomate basilic
6 cs de parmesan râpé
2 poignées de feuilles de roquette
2 cs de basilic (sec ou congelé)
2 cs d’huile d’olive

préchauffer le four th6,
rincer et ciseler finement la roquette,
mélanger avec la brousse, le basilic, 3 cuillères à soupe de parmesan,
huiler le fond d’un plat à four,
déposer 1 cs de mélange par feuille de ravioli, rouler en canneloni (en tube) et déposer au fond du plat,
une fois tout les cannellonis prêts, recouvrir de sauce tomate et du parmesan restant.
mettre 20 minutes au four th6 et servir !
Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:01
Dimanche dernier, dans le cadre du cycle "manger sans paysans", à Utopia, le cinéma Art et essai de Montpellier, j'ai vu ce documentaire passionnant et très bien fait," food-inc" .

Robert Kenner enquête sur la chaine de cause à effet, qui va du fast food à l'industrie agro-alimentaire, de la production industrielle de la nourriture aux problèmes de santé, de la recherche de profit de l'industrie à la misère sociale. Les faits sont mis en liens et en perspective dans la durée (depuis l'expansion du fast-food après-guerre aux projections pour demain).
Le documentaire montre aussi des autres manières de faire - qui fonctionnent - et conclue avec une liste d'actions simples et concrètes pour agir.
Et si vous pensez que c'est aux Etats-Unis et pas ici, le débat avec un éleveur qui suivait fait comprendre que c'est les mêmes problèmes et les mêmes enjeux ici et maintenant. D'ailleurs, ces élevages de poulets en batterie, je les ai vus en France, il y a 20 ans déjà. Depuis je n'achète que des oeufs de poules heureuses.

Commencez par un extrait sur le site, qui a aussi liste des séances programmées en France.

http://www.foodinc-lefilm.com/wp-content/uploads/2009/10/affiche-synopsis-vf.png


"Dans FOOD, INC. le réalisateur Robert Kenner, le journaliste d’investigation Eric Schlosser (auteur de « Fast Food Nation ») et Michael Pollan (auteur de « The Omnivores’s dilemna» – Le Dilemme de l’omnivore) lèvent le voile sur l’industrie agro-alimentaire. Une industrie qui a souvent fait passer les profits avant la santé des consommateurs, la survie d’exploitants agricoles, la sécurité des travailleurs et notre environnement à tous."

Légumes, fruits, céréales, viandes et poisson, toute notre alimentation est concernée.
Mais si l'on veut commencer par agir sur un aspect, définitivement,la viande est la question n°1.
Le blog "vin et chère" "bio-frendly" l'explique d'une façon parfaite :
"Les régimes alimentaires vont devoir évoluer afin de limiter les gaspillages ainsi que la consommation de viande qui augmente parallèlement à l'élévation du niveau de vie d'un pays. Celle-ci est ainsi passée de 25 kg à 38 kg par personne et par an entre 1970 et 2009. Or, produire 1 calorie animale de poulet ou de cochon exige 4 calories végétales et même 11 calories dans le cas du boeuf et du mouton. Prochain sommet mondial les 16 et 18 novembre 2010 sur la sécurité alimentaire."

Manger moins de viande, c'est possible : les recettes pour préparer un bon repas "sans" sont là et ça va continer..c'est ma façon d'agir !



Pour en savoir plus sur manger sans paysans, abonnez-vous à leur lettre :
https://listes.globenet.org/listinfo/mangersanspaysans
Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 20:17
Inspiré par une recette donnée par une auditrice de France Bleu Hérault, lors de mon dernier passage à la radio, voici mon interprétation personnelle de cette recette végétarienne. J'ai donné libre court à mon goût pour l'Inde révée, avec épices et pan massala (mélange de graines et d'épices digestives).
La texture est juste consistante à point, le goût des légumes et des épices se fondent à merveille, la touche finale rajoute du pep’s gustatif et visuel .

http://farm5.static.flickr.com/4021/4269545435_27d4192d45_m.jpg



pour 4 personnes
préparation 5 minutes, cuisson 30 minutes

200g de lentilles corail
600g de pommes de terre (2/3 grosses)
800g de potimaron
3 gousses d’ail
2 feuilles de laurier
4 cc d’épice massala
sel, poivre
1 citron vert
option : feuilles de coriandre et graines pan massala pour la décoration

Peler les pommes de terre, les découper en cubes.
Mettre dans une grande casserole pommes de terre, lentilles, ail , feuilles de laurier.
Ajouter 1 litre d’eau et cuire à petit feu à découvert 20 minutes.
Pendant ce temps, cuire le potimarron lavé et découpé en gros quartiers à la vapeur 15 minutes.
Oter la peau et les graines du potimarron, ajouter dans la casserole.
Ajouter sel, poivre et massala.
Cuire le tout 10 minutes à petit feu à découvert.
Ajouter le jus du citron vert, mixer.
Servir décoré de feuilles de coriandre et de graines de pan massala.
Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 20:28
Le premier événement « Slow Food » de l’année 2010  est la  soirée « soupes ».
 Venez partager votre soupe et finir par des fromages et des vins estampillés slow food est une sympathique façon de faire connaissance avec slow-food - personnellement, je préfère ça à la galette des rois !
Il n’y a pas d’actualité sur le site web, mais voici les instructions principales :
Vendredi 29 janvier 2010, 18h30 à 21h30
Mas des Moulins (Village du Père Soulas), Montpellier


La « règle du jeu » :
Il s’agit de confectionner une soupe pour six qui, dégustée en petites portions, sera servie à 12 ou 15 convives.
Vous l’apportez, avec un bol, une cuillère (à soupe!), et éventuellement une louche. Après avoir dégusté les soupes, nous terminerons par un plateau de fromages et quelques vins qui seront
apportés par les organisateurs de la manifestation.
Au cours de cette soirée, entre deux bols de soupe, nous discuterons aussi des projets du convivium pour les
premiers mois de 2010.
Réalisation d’une brochure
Comme précédemment, avec les recettes de vos soupes, nous avons le projet d’éditer une petite brochure. Pour
en faciliter la rédaction, pensez à taper votre recette, à constituer un fichier (sous WORD) qui pourra être envoyé
par courriel à Ginette Lopez.
Pour ceux qui ne sont pas informatisés, apportez la recette, écrite classiquement sur une feuille de papier…

Participation aux frais : 6 € par personne, 8 € pour les non adhérents.
Retourner la fiche d'inscription, avec un chèque à l'ordre de Slow Food Languedoc, à
Ginette Lopez - 311 rue de Saint-Priest, app.66 – 34090 MONTPELLIER
04 67 52 49 03 - gi.lopez@wanadoo.fr
Date limite d’inscription : 25 janvier 2010 - inscription à réception du chèque
Repost 0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 00:14
Mon attirance pour le genre " roman policier gastronomique" me fait voyager en Inde avec "saveurs assassines" , de Kalpaha Swaninathan, éditions cherche-midi.
 Un week-end gastronomique de luxe se transforme en cauchemar avec le cuisinier assassiné en plein préparation d'omelette norvégienne. Relevé par un riche index des plats et spécialités des régions de l'Inde, ce livre a un très joli passage où le cuisiner offre un repas historique indien, débutant par du nectar de grenade et du vin de riz (vallée de l'Indus- 2500 avant JC) et où chaque invité à la surprise d'un plat symbolique de son histoire personnelle.
 
"Hilla découvrit son plat. Dessus se trouvait un seul khakhra avec un morceau de mangue mariné rouge brillant. Elle ferma les yeux pendant qu'elle dégustait comme pour enfermer le goût dans sa mémoire. Puis elle eut un sourire radieux à travers ses larmes soudaines.
-Bien que Tarok appelle ça - c'est atroce - Sanjan, 8 ap JC, c'est le fameux gor-keri de ma mère. Exactement le même goût, le même picotement plein de verve, la même douceur"

http://www.yodawork.com/images/LE%20CHERCHE-MIDI/zf/9782749109541R1.jpg

Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 23:01
Heureux auditeurs de France Bleue Hérault, vous pouvez écouter Léopoldine et Guy qui "s'occupent de vous" tout les matins de la semaine, et parlent cuisine avec leur invité à 10 heures.
Je les retrouve une fois par mois pour parler légumes.
Pour ceux qui ont manqué l'épisode de janvier sur les légumes d'hiver détox, voici la cession de rattrapage , pensez :

1- poireau : diurétique, riche en fibres et anti-oxydants, vitamines dans les feuilles vertes.
Le grand classique de soupe poireaux-pomme de terre , les poireaux en fondue au wok avec une touche de crème, les poireaux à l'eau 10 minutes pour le classique de cuisine bistrot, poireaux vinaigrette, à essayer avec des oeufs de caille

2-choux : pour ses fibres, pour renforcer votre immunité en hiver, pour ses vitamines, les choux sont les légumes star de l'hiver.
Choux vert dans les soupes régionales qui font un plat complet en hiver - essayez la garbure, choux rouge et blanc crus en salade émincés finement, chou chinois sauté au wok avec oignons et sauce pimentée et n'oubliez pas la choucroute avec les poissons et les fruits de mer pour changer !

3-mâche :  foncez sur les oméga 3 particulièrement présents dans la mâche.
C'est facile à préparer et nettoyer, il y plein de recettes  : de fête, pour enfants... sur le site très bien fait de la mache nantaise.

4- radis noir : riche en fibre et bon pour la vésicule biliaire.
Pelé et émincé en fines tranches, il s'invite à l'apéritif pour donner des toasts  légers (essayer avec des rillettes de poisson), rapé gros, a côté des carottes, en crudité ou cuisiné en dés comme des navets confits.

Et si la neige et le gel compliquent pour un temps l'approvisionnement en légumes frais, retenez-vous d'acheter des coeurs de sucrine sous plastique, et filez au rayon surgelé, vous marquerez des points santé et bilan carbone.
Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 22:57
Dans le magazine du conseil régional Languedoc-Roussillon de décembre, j’ai trouvé un article des plus alléchants : «plats de fête aux couleurs Sud de France» : un chef reconnu par département propose une recette de fête.

Surprise ! Il semble que 2 chefs aient oublié la grande campagne de publicité qui a habité nos abribus (et plus encore, je présume) tout l’été ! Où ils n’ont eu d’yeux que pour Alexandra et sa rolex car le homard semble être une pêche rare en Méditerranée !

Les autres chefs ont choisi sur une dominante de produit d’ici, turbot pour Michel Kayser, Alexandre, dans le Gard, agneau de pays «anchois et olive» pour Jean-Paul Lecroq du chateau de la Caze, en Lozère, écrevisses (de Camargue par exemple, voir Terre de Vins n° 42) pour Gilles Goujon, à l’auberge du Vieux Puits, dans l’Aude. On passera sur la pomme verte, la tomate et l’avocat qui accompagnent ces recettes...
Superbravo à Frédéric Bacquié, la Balette, dans le Pyrénées Orientales, qui joue le 100%  gourmand-local : marbré de foie gras de canard, fine gelée de Banyuls rouge aux coings, brioche à la châtaigne : voilà une interprétation créative et gourmande des productions régionales, vin compris. 
Est-ce que l’éloignement de la métropole régionale favoriserait l’usage des produits du terroir ?
Mieux que le concours pour la recette de Montpellier, je propose d’organiser celui de la recette de fête localvorement Sud de France en 2010 !
Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 12:54
Bonne année sous le signe de la truffe !

Odeur envoutante, marbrures blanches sur noir en coupe, odeur envoutante , goût profond  et subtil, on ne peut pas oublier le goût de la truffe.
Deux recettes merveilleusement simples, qui se préparent quelques jours à l’avance.

http://farm3.static.flickr.com/2606/4187809843_57cc3aac23_m.jpg



brouillade de truffes
pour 4 personnes
8 oeufs

une truffe pour 4 (ou plus si possible)
Laisser les oeufs et la truffe brossée 4 jours dans une boite plastique fermée.
Râper la truffe dans une brique de crème liquide, filmer et laisser 1 jour au frais.
Battre les oeufs, ajouter la crème, filmer et laisser 4 heures au frais.
Dans un bain marie, à feu très doux, remuer jusqu’à une consistance crèmeuse, une dizaine de minutes.
Saler avant de servir.

Fromage truffé
Un bon camembert ou un petit brie, coupé en deux horizontalement.
Du fromage frais crémeux (type saint Moret), mélangé à de la truffe râpée.
Etaler cette préparation sur le camembert.
Rajouter si vous souhaitez de fines lamelles de truffes.
Refermer, filmer et garder 2/3 jours au réfrigérateur.

En savoir un peu sur la truffe vue par Alain Ducasse , ou la cuisiner en 10 façons avec les éditions de l'Epure
Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article

Présentation

  • : CESTDIVIN
  • : Goûtez à l’art de vivre du Sud : des produits méditerranéens revisités en recettes faciles à cuisiner et leurs accords avec les vins du Languedoc-Roussillon ; les producteurs, restaurants et rendez-vous gourmands de Montpellier et du Sud, Partez à la découverte de l’audace et de la simplicité de l’Asie et des cuisines du monde avec les carnets de voyage gourmands et du passé avec la cuisine historique. Nourrissez aussi votre esprit avec les chroniques gourmandes ou culturelles...
  • Contact

Recherche

Archives

Liens