Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 22:15

 

Dossiersur les femmes chef-fes de cuisine,  à découvrir dans le magazine Midi Gourmand d’automne.
Avec ..des belle histoires et des recettes, l’éclairage de Martine Bourelly, sociologue,
les grands portraits de Reine Sammut et Anne Majourel, nos étoiles du Sud
et 47 autres formidables chef-fes de Toulouse à la Provence.

http://www.midigourmand.com/media/00/00/2355875856.png
En France, au XXI° siècle, l’univers de la gastronomie reste masculin à plus de 90%.  Le métier de chef de cuisine se classe parmi les moins féminisées, entre chauffeur routier et employé du bâtiment. Et il évolue lentement. En 1933, Eugènie Brazier et Marie Bourgeois ont reçu trois étoiles, dans la première promotion du guide Michelin. Depuis 75 ans, il y a eu Marguerite Bise, en 1951 et  Anne-Sophie Pic en 2007.  Elle vient d’ailleurs de recevoir le prix du rayonnement culturel 2014, dans la catégorie gastronomie, attribué par le  ministère des Affaires Etrangères. 

 

Alors que  le mouvement Fooding titre son guide 2014 « la cuisine a-elle un genre », c’est un homme qui apporte la réponse .: « Le gène de la cuisine n’existe pas ! »
explique Alex Miles, ancien chef pâtissier et sociologue de l'alimentation. il a consacré un ouvrage à « Ces hommes qui cuisinent » en 2005, observé hommes et femmes en cuisine, bien au delà de notre hexagone. Cet américain, dijonnais d’adoption depuis plus de 20 ans, est un observateur critique  des rôles et des genres « Les femmes ne sont pas génétiquement destinées à cuisiner.  La plupart des chefs sont des hommes, car quand une tâche ménagère devient « professionnelle », l’homme s’en empare. Mais c’est aussi culturel : en Inde, il est très rare qu’un homme cuisine. Aux Etats-Unis, avoir des femmes chefs est rentré dans les mœurs. La situation change beaucoup plus lentement en France. »

A méditer et déguster, auprès des femmes chef-fes du Sud dans le magazine Midi Gourmand, auquel j’ai fièrement contribué, et auprès des étoilées Méditerrannéennes

Sud de la France :
Anne-Sophie Pic, à Valence (26) est l’unique femme chef triplement étoilée de France.
De Toulouse à Marseille,
Nicole Fagegaltier, le restaurant du Vieux Pont à Belcastel (12), 1 étoile
Anne Majourel, La Coquerie à Sète (34), 1 étoile
Reine Sammut, l’Auberge La Fenière à Lourmarin (84), 1 étoile
 
l’Italie du Nord :
Nadia Santini, restaurant Dal Pescatore près de Mantoue, 3 étoiles
Annie Féolde, Enoteca Pinchiorri à  Florence, 3 étoiles
Luisa Valazza, restaurant Al Sorriso à Sorriso, 3 étoiles

L’Espagne, Catalogne :
Carme Ruscalleda, restaurant Carme Ruscalleda à Sant Pau, 3 étoiles
Fina Puigdevall, restaurant las Colls à Olot, 2 étoiles

Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 10:43

 

Avis aux amateurs de cheesecake, cette recette frôle la perfection ! Une recette de Elsa Marie, trouvée sur Elle, qui sais se servir de la plume aussi bien que du fouet à pâtisserie, sur son blog accros.

 

UntitledPoétique, un cheese-cake chocolat blanc fleurs  d'accacia..



Cette recette est parfaite, qui est allé à New-York y plongera sa cuillère avec délectation et se consolera de ne pas y être. tout le goût est là, mais épuré  du trop gras et lourd - sucre et gras apporté par le seul chocolat blanc -  et miraculeusement sans gluten.  Il est vraiment facile à faire, une seule contrainte à respecter : laisser reposer une nuit au froid.

Le gâteau au chocolat blanc d’ Elsa Marie.
Fouettez 4 jaunes d’œufs avec 1 sachet de sucre vanillé et 2 c. à soupe de Maïzena, ajoutez 400g de fromage blanc à 20 %, 200g de chocolat blanc fondu, le jus et le zeste râpé de 1 citron vert, puis 4 blancs d’œufs en neige. Versez dans un moule à fond amovible et laissez cuire 50 mn à 150°C (th. 5). Laissez une nuit au réfrigérateur avant de déguster.

Mes deux adaptations maison :
je l’ai réalisé avec les proportions divisées par 2, pour aller dans un moule à charnière de 16 cm de diamètre, qui fait 4 parts . Cette merveille, longuement cherchée, se trouve chez Hema, pour un prix dérisoire.
 je l’ai décorée de grappes de fleurs d’acacia .. congelées en saison.

Repost 0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:10

 

Mardi 7 octobre, Les Chefs Contre-attaquent; une émission de TV-CUISINE pas comme les autres,M6, consacre une soirée à la verteuse idée de s’attaquer au gaspillage alimentaire .
Le « vu à la télé » va-t-il permettre de prouver à la France entière que le gâchis n'est pas une fatalité?
En France, chaque année, plus de 17 millions de tonnes de nourriture encore consommable sont jetés à la poubelle. A l'échelle mondiale, on estime qu'un tiers de notre production alimentaire est ainsi gaspillée.

En effet, chaque Français jette en moyenne 7kg d'aliments encore emballés auxquels il faut ajouter encore 13 kg de restes de repas, fruits et légumes abimés, pain non consommé. : en limitant le gaspillage alimentaire, je peux réduire mes déchets de 20 kg par an...Réduisons nos déchets


Et c’est cette grande partie gaspillée qui manque pour nourrir - mieux - le monde, c’est là qu’il faut chercher, plutôt que vouloir produire plus - pour jeter plus ?
Dans les pays qui ne nagent pas dans l’abondance alimentaire - dans notre pays de France il n’y a pas si longtemps -on ne jette pas, on utilise tout, tout des fruits et des légumes, entre soupes et compotes pour utiliser aussi les moins beaux, qui ne sont pas moins bon  et surtout - tout des précieuses protéines animales, de la viande et du poisson.
Aujourd’hui, les morceaux « nobles » et achetés sont. les steak de boeuf, les filets de volailles et de poissons. Et le reste des animaux, (au moins les deux tiers, je pense )… qu’en fait-on ?  Et bien, faute de trouver des amateurs pour les « bas morceaux »  houles poissons entiers, on en fait… des steak hachés.. de nuggets de poulets.. des croquettes de poissons.. en ajoutant - souvent - des tas de choses pas forcement excellentes pour la santé, à des prix  pas forcement  modestes.
Alors, pourquoi ne pas essayer de s’y mettre soi-même, d’acheter, de cuisinier, de transformer et de goûter… NE PAS JETER en 7 idées, à faire, refaire et congeler

http://alimentation.gouv.fr/local/cache-vignettes/L455xH411/sos-restes-af0d0.jpg

Roulez des boulettes
Avec de la viande, cuite ou crue, faites des boulettes maison… très tendance !

Mijotez des bouillons
Carcasse de poulet, os de veau et d’agneau, c’est ce qui fait les si délicieux fonds et bouillons si typiques de la bonne cuisine française

Faites des hachis et des gratins
Hachis parmentier, lasagnes, moussaka, tourtes, toutes ces recettes à succès se font très bien avec des petits morceaux de viande

Mangez des os
Os à moelle dans le pot au feu, ou rôti au four, les amateurs de moelle font un retour en force.. quand vous tombez sur un os, prenez-le (vous pouvez-même congeler)

Passez aux abats
Il y a plein de textures, de couleurs et de saveurs différentes, vous trouverez certainement des abats que vous aimerez, alors tentez, et faites le plein de recettes avec le mois des produits tripiers en novembre

Fabriquez maison vos soupes de poisson
Si vous avez la chance d’habiter près de la mer, vous avez vu, sur les étals, les petits poissons mélangées pour soupe. trop petite, de variété pas recherchées, ils sont plein de goûts, au prix le plus abordable de l’étal, parfait pour une soupe maison, pas si compliquée , juste un peu de temps. suivez par exemple, les conseil d’un grand chef, Jean-Pierre Vitago, triple étoilé d’Apicius, P aris =
http://www.jeanpierrevigato.com/portfolio/ma-soupe-de-poisson-facile-et-rapide-a-preparer/


Savourez le poisson de la tête à la queue !
Le poisson, ce n’est pas que les filets ! Les têtes se mangent, sont même recherchées dans la gastronomie asiatique. Essayez avec un gros poisson : tête de thon ou de saumon, goulée en deux, saupoudrée de sel, grillée au four 20 minutes


En savoir plus ?
Vite, rééditez-nous le Sos restes, de Blandine BOYER, aux Éditions Marabout
en attendant, on en glane quelques miettes le site des recettes antigaspi du ministère :

Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 00:30

C ‘est doux, si doux, une fois par an, de se laisser aller à la débauche sucrée avec

la journée des petits plaisirs, le vendredi 3 octobre.


c’est une manifestation diaboliquement orchestrée, depuis 6 ans, par l’Union Nationale des Petits Plaisirs, qui est le pseudonyme du Syndicat National de la Confiserie.
Au menu, distribution gratuite de bonbons dans 6 grandes villes - dans le Sud, c’est Marseille, et invitation à partager les petits plaisirs, en rendant le quotidien d’un des proches plus doux.
Pour fêter cette journée sucrée, à la sauce facebook et jeux concours des meilleurs plaisirs réalisées - plus calorique d’un baquet d’eau, certes - mais plus immédiatement bénéfique - tout est sur le site et la page de la journée des petits plaisirs.

Et voici ma proposition pour la journée des petits plaisirs à partager :
Offrir des bonbons oui mais fait maison !


http://www.crolle-terzaghi.com/wp-content/uploads/2014/05/DCT-Les-cadeaux-gourmands.jpg
Pour les faire sans peine, un délicieux livre de la colection «petits secrets» chez prat =
Les cadeaux gourmands, ça m’emballe.
Il est encore temps de s’y mettre pour la journée des petits plaisirs, encore plus temps de préparer tranquillement les cadeaux gourmands pour Noël.
Dans ce petit livre, pratique et sans fioriture, une collection de recettes pour faire à la maison des montages de douceurs, qui ont le bon goût de rester dans les grands classiques, à succès assuré.
Parmi les faciles à réaliser, avec un équipement standard de maison :
le roudoudou, caramel dans coquillage, le plus basic  des bonbons, p 39
les florentins, palets de chocolat miellé recouvert de fruits confits et secs, p 24
les bouchées sans cuisson choco-amande, P34
les calissons maison, melon confit, amandes et fleurs d’oranger entre glace royale et pâte d’hostie, P45
les sucres aromatisés et colorés  P74

Je vous souhaite une très jolie journée des petits plaisirs !

Repost 0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 00:00

 

Le burger devient le symbole interplanétaire de la nourriture, comme une goutte symbolise l’eau ?
c’est ce qu’on peut conclure, en voyant la couverture du hors-série de Courrier international, sur la Vague Gourmande, qui parle de «fast good» entre autres captivantes choses.

 

http://www.journaux.fr/images/revues/M4224H.jpg

Alors, oui, j’aime, tu aimes, il aime,  nous aimons les burgers,
pourvu qu’ils soient un peu bizarres...revue des dernières burgers trouvailles

Le dark burger de Tiercelin, l’épice magique pour un burger ébène

le rice burger de kumisolo : sans gluten (le riz, c’est le nouvea pain) et en chanson


Le site pour «burger perverts»
 À ne jamais visiter le ventre vide.
Goûter, c’est possible. Cher, mais possible.

Repost 0
Published by C10VIN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 12:30


Il fait encore beau, c’est le moment de profiter de la campagne dans la belle lumière et la douce température d’automne.
En Lenguedoc, plein de belles propositions de septembre

L’automne fermier de bienvenue à la ferme

 manifestations dans les fermes et chez les vignerons


26 septembre, la fête des vendanges à l’Abbaye de Valmagne
Trio jazz, repas champêtre et spectacle dans ce beau domaine bio près de l'étang de thau

Plus d'informations


27 septembre, à la découverte « chèvres » avec Génération Terroir »,
le samedi 27 SEPTEMBRE à 16 heures à Villeveyrac
Génération terroir,  contacter Joël Bernard au 06.76.81.99.13
Nelly et Christophe,  chevriers, ils vous initieront au dressage des chiens de berger, à la traite des chèvres et à la fabrication du fromage, suivi par un repas de produits de la ferme

27 septembre, en Provence sur les Terres de Saint Hilaire, domaine viticole
A Ollières, vers Saint Maximin, une journée découverte des vendanges, avec l’occasion de voir une machine à vendanger (que l’on cache habituellement), participer à un atelier de vinification, au domaine Saint Hillaire

du 26 au 28 septembre, c’est la  fête de la gastronomie, partout en France
consulter le programme sur le site officiel
Mon coup de coeur : le jardin gastronomique éphémère de Delizia (Marie-Eve) à Saint Brès

Repost 0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 12:17


Entre vendanges et foires aux vins, le savoir-bien boire est d’actualité.
Terre de Vins publie ce mois ci un sondage,
(Sondage Viavoice pour Terre de Vins. 
Interviews réalisées par téléphone du mercredi 28 au vendredi 30 mai 2014.
Échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.)

« les français et le vin », Le French paradox :
78% des français  approuvent « l'entrée du vin au patrimoine gastronomique de la France. » et .. 71% « jugent ne pas beaucoup « s’y connaître » en vin »
et ..51% jugent utile d’initier au vin les moins de 18 ans.

Pour commencer, apprendre les notions de base, un petit livre - vraiment petit
Déguster le vin.. sans se noyer dans un verre d’eau.
de Régis Cailleau, collection petits secrets, éditions Prat (4,90€)

 

http://www.prat-fr.com/couvs/P95-0628-0.jpg
Le but de ce petit livre :  en savoir suffisamment, au bout de 80 pages, pour ne plus répondre « je ne sais pas/ je n’y connais rien» devant un verre de vin - avec des amateurs.
Mission accomplie. Celui qui a envie d’apprendre glane rapidement des honnêtes bases pour ne plus se sentir démuni devant une dégustation.


D’abord  la trilogie de conseils de bon sens mais tellement important :
cracher - noter - boire de l’eau...
Suivi d’un thesaurus  de termes qui permettent de mettre en mot les impresions des 5 sens, clairement définis en quelques ligne et d’un petit dictionnaire de la dégustation.
Un panorama des principaux cépages par couleurs rassure le dégustateur débutant... même si le cépage ne fait pas tout.


Le tour des régions suit une classique approche française : Bordeaux-Bourgogne - Côte du Rhône - mais curieusement, accorde plus de place à la Provence qu’à tout le Languedoc-Roussillon (l’auteur n’aime pas ou . ne connait pas ? ) alors qu’il a la bonne idée de parler aussi des vins de Loire, du Sud-Ouest, du Jura, d’Auvergne, et finit en beauté par l’Alsace.. mais ignore complétement la Champagne.
Il a aussi la bonne idée de terminer sur les vins de nos voisins européens : Espagne, Portugal, Italie, Allemagne, ne manque que la Suisse.
Pour que l’initiation soit complète, j’aurai ajouté un chapitre sur la production du vin: blanc -rouge - rosé - bulles et vins doux naturels, et un éclairage sur les méthodes de production et vinification conventionnelles, biologiques et «naturelles». ce sont les chainons manquants entre le cépage et le vin !
A lire pour se mettre en bouche  et  avoir envie de continuer à apprendre sur le vin.

Repost 0
Published by C10VIN - dans Vins divins
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 11:34

 

La flammekueche - ou tarte flambée - c’est la pizza de l’Alsace !
une pate levée fine, garnie d’un mélange crème fraiche et fromage blanc, oignons et lardons - et cuit au four à bois, ultra chaud. Elle en ressort 10 minutes après, pâte croustillante et garniture fondante, avec une odeur grillée irrésistible.

Les alsaciens ont l’heureuse idée de commercialiser des fonds pour flammekueche prêt à cuire. Sans conservateur ni additif, avec les  ingrédients basiques de la pâte à pain, c’est un fond de tarte astucieux .. qui permet de faire vite une flammekueche, et plein d’autre choses : exemple en 4 variations -


proportions pour 1 tarte (30 cm diamètre) , 4 petites parts pour entrée, 2 ou 1 en plat principal.
Toutes se cuisent à four très chaud : préchauffé


Untitled


flammekueche
Mélanger 20 cl de crème fraîche épaisse et 100 g fromage blanc lisse, donner un bon tour de poivre, étaler sur le fond, en laissant 1 cm des bords.
Peler et émincer finement 3 oignons doux, répartir sur la tarte, puis 50g de lardons salés découpés en très fins bâtonnets.

pissaladière 


Peler et émincer 500 g oignons doux, saler légèrement, faire fondre à feu très doux, dans une poêle couverte avec 1 gousses d’ail écrasée, bouquet garni et 1 c d'huile d’olive : ils doivent avoir fondus dans être colorés - à surveiller de près
Etaler les oignons (sans le bouquet garni) sur la pâte, éparpiller 50 g de petites olives noires (niçoises si possible), disposer régulièrement 8 filets d’anchois à l’huile, arroser d’huile d’olive.Enfourner !

tarte verte, pesto & courgette
Laver et couper en fines tranches 3/4 petites courgettes vertes
Etaler sur tout le fond de tarte une généreuse couche de pesto, puis disposer les courgettes qui se superposent légèrement comme des écailles de poisson. A la fin, saupoudrer de copeaux de parmesan et de pignons, enfourner !

tarte à la tomate de saison
Couper en tranches horizontales d’un demi centimètre des tomates de saison, bien sûr mures à point, de préférence de différentes couleurs. Saler légèrement et laisser égoutter dans une passoire 10 minutes.
Etaler sur le fond de tarte une fine couche de moutarde de Dijon.
Déposer sur tout le fond les rondelles de tomate bien égouttées.
Arroser d’un filet de bonne huile d’olive, parsemer de thym - frais si possible et enfourner.

La 4° variation, un mélange des deux : tarte tomate et courgette !

Untitled

Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 15:24

Boulettes porc- poulpe, sauce raïto et riz rouge,

voici ma recette Terre Mer pour le concours 2014 «Toques en Madiran» .


J’ai puisé mon inspiration dans la cuisine catalane pour des boulettes de porc et poulpe, dans la tradition provençale pour la sauce au vin rouge, le raïto, et riz de camargue rouge. Le tout est préparé avec le Madiran Mastria 2012.

Untitledriz rouge de Camargue, sauce raïto au Madiran, boulettes de porc et poulpe

 

Préparation : 30 minutes,  cuisson : 1 heure
Pour 4 personnes

pour les boulettes
200 g de chair à saucisse
200 g de petit poule, nettoyé
2 c. à s. de chapelure
sel, poivre
1 c. à s. huile d’olive

pour la sauce
5 oignons paille
8 gousses d’ail
2 c. à s. d’huile d’olive
1 c. à s. de farine
½ l de Madiran
½ d’eau
1 bouquet garni
2  c. à s. de concentré de tomate
sel, poivre
2 c. à s. de câpres au vinaigre
2 c. à s. d’olives noires dénoyautées hachées

pour servir
100 g de riz de Camargue rouge
100g de riz de Camargue blanc
1 c. à s. huile d’olive
bouts des tentacules de poulpe cuites à la vapeur 10 minutes

Faire la sauce
Dans une cocotte, faire revenir les oignons et l’ail finement hachés dans l’huile d’olive
Ajouter une cuillère de farine, faire légèrement roussir, verser le vin et l’eau en mélangeant
Ajouter le concentré de tomate, mélanger, ajouter le bouquet garni
Laisser à feu moyen à couvert 15 minutes, puis à découvert 15 minutes encore, jusqu’à ce que la sauce soit fondue et nappante sur la cuillère
Retirer le bouquet garni, ajouter câpres et olives, mélanger puis ajuster l’assaisonnement en sel et poivre .

Cuire le riz
Faire revenir le riz rouge dans 1 c. à s. huile d’olive, ajouter 4 volumes d’eau, proter à frémissement et laisser cuire à découvert
Au bout de 20 minutes, ajouter le riz blanc pour encore 20 minutes de cuisson

Préparer les boulettes
Couper finement le poulpe, nettoyé et rincé, en petits morceaux de 0,5 cm maximum
Mélanger à la chair  à saucisse, la chapelure, assaisonner de sel et poivre
Faire des boulettes de la taille d’un abricot
les faire dorer dans l’huile d’olive dans une poêle puis laisser cuire à feu doux à découvert 10 minutes

Dressage
3/4 boulettes, le riz  présenté en quenelle, surmonté de tentacule de poulpe, la sauce raîto à se verser soi-même

Accord met et vins : un accord marin en rouge, avec le Madiran Maestria. Ce rouge jeune et sur le fruit laisse  percevoir la subtile alliance de poulpe et de cochon.

Pour en savoir plus, jouer à Toques et Madiran, un concours sur le thème gastronomie et madiran sous le parainage de Yannick Delpech, organisé par de PLAIMONT PRODUCTEURS & CAVE de CROUSEILLES

Repost 0
Published by C10VIN - dans Recettes maison
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 10:23


Le chocolat cru est la dernière exploration de Laurence Alemanno, experte et gourmande du cacao grand cru.. et maintenant cru tout simplement.
j’ai eu le plaisir de la retrouver au festival Lot of Saveurs au début de l’été, d’écouter -  et de goûter à sa dernière production autour du chocolat cru, son dernier livre, aux éditions de la Plage.
Pour vous mettre en appétit, voici ce que j’en ai retenu, entre conférence, et pages de ce savoureux livre.

http://www.chocolatitudes.com/chocolatitudes/wp-content/uploads/2014/03/CouvertureChocolatCru.jpg
Pourquoi le cru ?
Le chocolat que nous connaissons - et consommons et cruit, archicuit même : fermenté, à 45-50°, torréfié - 110 à 180°, broyé - 50 à 80°, conché, et parfois tempéré, de 26 à75°.
Le chocolat «historique» est.. cuit lui aussi . les populations précolombiennes ne font pas fermenter le chocolat, mais le torréfiaient sur un feu de bois.
Le cru est à la fois.. très ancien, et très contemporain.
Très ancien, car avant de cuit-siner, l’homme mangeait cru...
très contemporain, car le courant «cuisine crue» / raw food  est arrivé récemment des États-Unis. Son principe = manger cru, végétalien, bio, et brut, si possible.. comme le faisaient nos - très -lointains ancêtres. ce régime crudivore est naturellement sans gluten, graisses cuites et autres méchantes choses surabondantes dans l’alimentation de l’américain moyen d’aujourd’hui.
L’objectif ? rester (ou retrouver) une bonne santé. Un argument clé du cru est que les enzymes sont détruites au dessus de 42-45°, les vitamines au dessus de 100°.
Laurence termine la présentation de cette cuisine crue par «je vous propose une initiation à la cuisine crue à travers le cacao. est-il possible de rêver mieux
Non, il n’y a pas mieux !

Soyez curieux et goûtez, si vous pouvez, du chocolat cru : sa palette aromatique est différente.. (comme pour tout produit entre le cru et le cuit).. plus «nature». Et la fève crue est plus riche en phényléthylamine (PEA), la molécule de la joie, très fragile à la chaleur. le chocolat cru est donc bon pour le moral ! en plus d’être bon pour le coeur et la mémoire, cru ou cuit.

Que faire avec du chocolat cru ?
une incroyable quantité de choses, des tablettes, des truffes ou des barres, des breuvages chauds et froids, plein de desserts, glace, gâteau, tarte, biscuit, mousse... mais aussi des plats salées en utilisant le cacao cru comme épice.

Comment faire ?
Il faut l’avouer - pour avoir essayé - le chocolat cru se mérite.
Le chocolat cru n’a pas atteint ni les chocolatiers «classiques», ni les magasins bio, qui vous regarderont d’un oeil dubitatif.. voir réprobateur. Ignorez-les...
Les heureux parisiens passeront directement à la boutique de Laurence, Chocolatitudes
les autres commanderont sur internet les ingrédients chocolatés nécessaires, avec le carnet d'adresse à la fi du livre.
Ensuite, vérifier votre matériel (p12). Le blender sérieux s’avère des plus indispensables.

Quoi faire ?
Mon coup de coeur de ce livre est les «boules de pâte d’amande au citron, pavot et cacao», qui par chance, est vraiment facile.
mais je n’ai pas tout goûté, et je rève d’un salon de chocolat qui propose toutes ces recettes .

Repost 0

Présentation

  • : CESTDIVIN
  • : Goûtez à l’art de vivre du Sud : des produits méditerranéens revisités en recettes faciles à cuisiner et leurs accords avec les vins du Languedoc-Roussillon ; les producteurs, restaurants et rendez-vous gourmands de Montpellier et du Sud, Partez à la découverte de l’audace et de la simplicité de l’Asie et des cuisines du monde avec les carnets de voyage gourmands et du passé avec la cuisine historique. Nourrissez aussi votre esprit avec les chroniques gourmandes ou culturelles...
  • Contact

Recherche

Archives

Liens